26/11/2012

Si vous ne connaissez pas ce blog depuis longtemps, en voici la génèse :
Fin 2008, j'avais besoin de chiffres, de mots pour appuyer l'orientation que je donnais à l'usage de l'Internet dans le groupe qui m'employait (qui m'emploie toujours BTW). J'ai croisé alors qques personnes de Google qui venaient juste de publier la première étude sur le comportement ROPO (Research Online, Purchase Offline) en France.
J'ai alors commencer à googler les expressions: ROPO, ou encore web-to-shop, drive-to-store.
C'était alors le calme absolu, d'où ce blog.

Pourquoi évoquer ceci ? Avez vous récemment faire une recherche sur Google sur les expressions : web-to-store, web-to-shop, mobile-to-store... ?
Faites le et vous verrez que les résultats sont nombreux, notamment d'acteurs qui n'existaient pas ou peu il y a trois

Aujourd'hui le marché des entrepreneurs du web-to-store, je l'organise en trois grandes familles

  • Les éditeurs de solutions web-to-store en marque blanche
Ils proposent aux retailers, fabricants de disposer d'outils, de solutions permettant d'externaliser la réalisation d'outils web2store pour répondre à des attentes de consommateurs ROPO. Les premiers dont je me souvienne sont encore là aujourd'hui avec une offre produits plus large Leadformance, Proximis.
  • Les sites affinitaires qui revendent des leads aux retailers pour leur trafic magasin
Que cela soit autour d'un catalogue de produit, d'une problématique de tous les jours, plusieurs entreprises françaises se sont lancées ces dernières années sur le développement d'un site répondant à certaines de nos appétences, (les promos avec Pubeco, l'automobile avec Réviser sa voiture, le shopping en général avec Socloz, la fringue tendance avec WeAreTheShop...)
  • Les agences drive-to-store
Ces agences voient le jour depuis maintenant 12 mois, elles maitrisent, connaissent plusieurs solutions web-to-shop (voire pour certaines disposent aussi de qques solutions) et maitrise les campagnes SEO, SEA, email... à vocation de génération de trafic en magasin.

Et le commerçant indépendant dans tout cela ?
Les offres des trois familles que j'ai précédemment cités se développent aussi vers le petit commerçant. Qui pourra aussi trouver son bonheur dans des offres simples que propose Google Local.

A ce qui diront que c'est trop simpliste, voici une vidéo d'un test que Paypal vient de mettre en oeuvre dans les rues d'Amsterdam et permettant à tous les commerçants d'accéder à une offre de commerce digital (web-to-store, store-to-web) qui laisse présager ce que sera le shopping de demain que les commerces soient indépendants ou non.



0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Pour publier votre commentaire :

1) Exprimez vous ci-dessous,
2) Choisissez vous une identité,
3) Saisissez votre nom ou pseudo
4) Et Publiez
Merci !!